25ème revue de presse de l’Observatoire

25ème revue de presse de l’Observatoire
News

Voici la 25ème revue de presse de l’Observatoire de l’Immatériel, à consommer sans modération !
Un petit rappel de l’objectif de ce document : vous mettre à disposition les articles que vous avez peut-être manqué et que vous auriez aimé lire, en lien direct ou indirect avec l’Immatériel.

Cette semaine, je vous conseille tout particulièrement deux articles … et un livre !

  • You Can’t Delegate Talent Management to the HR Department par Ron Ashkenas pour Harvard Business Review
    Cet article dresse d’abord un bilan mitigé des politiques de gestion des talents des entreprises (pour deux raisons majeures : une hyper-technicité qui se développe sur le sujet et qui devient peu compréhensible du management et une tendance des managers à déléguer l’ensemble du management des talents à l’équipe en charge). L’auteur analyse ensuite l’exemple positif de Cognizant.
  • The Next Generation of Customer Centricity: A Methodology to Drive Rapid Innovation par Kimberly A. Whitler pour Forbes
    L’article consiste en une étude de cas très intéressante de l’entreprise CarMax qui a mis en place des équipes cross-fonctionnelles étudiant et tentant de mettre en place des solutions aux désirs / besoins des clients. Une façon de mettre en action les slogans « customer-centric »
  • L’innovation sauvera le monde par Nicolas Bouzou : un livre qui peut permettre de prendre de la hauteur et de réfléchir à une (meilleure ?) façon d’aborder les bouleversements en cours

Bonne lecture !


Livrables:

Retour à liste
 
Par Pierre Ollivier
Pierre Ollivier

« L’OI s’associe à la note de Fondapol : La République des Entrepreneurs »

Nous portons à votre connaissance « LA RÉPUBLIQUE DES ENTREPRENEURS », une note publiée très récemment par la Fondation pour l’Innovation Politique, qui traite des questions de mesure de la création de richesse dans notre économie modifiée en profondeur par le numérique, une révolution en trois phases qui va transformer très rapidement l’ensemble des secteurs marchands.

Notamment elle introduit un nouveau concept, l’utilité mesurable, apparu du fait des pratiques du numérique, en rupture totale avec tous les concepts économiques connus et issus de l’ère industrielle. Pour les auteurs, ce concept permet de rendre compte désormais d’une dynamique économique forte de création de richesse, fondée sur la relation tryptique entre travail, capital et utilité.

Détail de l'édito

Powered by WordPress Popup

Aller à la barre d’outils