Marques et noms de domaine : des actifs immatériels devenus indissociables

Marques et noms de domaine : des actifs immatériels devenus indissociables

Les marques ont longtemps été reconnues dans l’univers du marketing comme un actif immatériel important. A travers une marque, des valeurs peuvent être transmises, comme l’a développé Jennifer L. Aaker en 19971. Développer des méthodes de valorisation de cet actif intangible, devenu stratégique au fil des ans, est devenu primordiale afin de reconnaître l’importance financière de son statut. Le pilotage, la gestion et la maîtrise de son potentiel peuvent ainsi être définies de manière plus aisée. C’est à ce titre que la norme ISO 106682, première norme consacrée à l’évaluation des marques a été publiée en septembre 2010 par l’Organisation internationale de normalisation. Elle permet ainsi de donner un cadre méthodologique strict à l’évaluation financière des marques.
Les noms de domaine, véritable transposition digitale des marques sur internet, constituent également un actif immatériel stratégique. Bien géré, un parc de noms de domaine permet de renforcer et de défendre la présence d’une marque sur internet. La gestion de ce parc de noms de domaine représente aujourd’hui pour les grands groupes des coûts importants pouvant représenter plusieurs centaines de milliers d’euros annuels. Il nous paraît primordial d’identifier et de valoriser ce nouvel actif immatériel, à sa juste place.
Alors que le nombre d’extensions disponibles pour enregistrer son nom de domaine a plus que quadruplé en deux ans, une révolution des règles de nommage des noms de domaine est en cours, il est plus que jamais indispensable de réfléchir à leurs dépôts, leurs usages ainsi qu’à toute action permettant de valoriser la présence d’une marque sur internet.

Conclusions de l’article en pièce jointe : 

Faute de méthodes et de temps, les Directions financières ne mesurent pas aujourd’hui l’importance monétaire des actifs immatériels nouveaux que représentent les noms de domaine. Ils n’en mesurent souvent que les coûts de renouvellement et/ou de protection, sans avoir l’évaluation monétaire de l’actif sous-jacent qu’ils représentent.
Cependant, ils ont parfois d’heureuses surprises lorsqu’un nom de domaine – sans objet pour le groupe – est vendu par une lointaine filiale pour plusieurs centaines de milliers de dollars.
Ironie du sort, alors que ces actifs immatériels ne sont toujours pas reconnus par les normes comptables lorsqu’ils sont créés, maintenus et protégés, ils vont laisser une trace indélébile dans le Bilan des sociétés, en tant que plus-value exceptionnelle, lors d’une cession et cela pour toujours !
Cette présentation se veut pragmatique. Toute réflexion ou remarque liée aux informations ici communiquées est la bienvenue.


Livrables:

Retour à liste
 

Par Emilie Lesage-Périlleux
Emilie Lesage-Périlleux

Lancement du site cap-immateriel.fr et de l'Ecole Française de l'Immatériel : deux actions phares de l'action collective avec la DGE

En juin 2012, l'Observatoire de l'Immatériel et le Ministère de l'Economie et des Finances représenté par le Direction Générale des Entreprises ont signé une convention régissant l'action collective "actifs immatériels des entreprises". Point d'orgue de cette action le site cap-immateriel.fr propose un référentiel et une méthode pédagogique qui s'adressent aux dirigeants de PME ainsi qu'aux acteurs financiers pour se familiariser avec l'immatériel. Et pour aller plus loin, une vingtaine d'experts sont prêts à se mobiliser pour proposer des formations à l'immatériel.  Retrouvez sur le site de l'Observatoire (onglet POUR VOUS AIDER) l'ensemble des livrables de l'action collective, autant d'outil au service des entreprises ! En savoir +

Détail de l'édito

Powered by WordPress Popup

Aller à la barre d’outils