Notre 7ème JNAI : l’Immatériel, une renaissance économique et politique !

Notre 7ème JNAI : l’Immatériel, une renaissance économique et politique !

Mesdames et Messieurs bonjour,

 Au nom de l’OI, son Bureau et ses adhérents, je voudrais vous souhaiter la bienvenue dans cette 7ème Journée Nationale des Actifs Immatériels !

Je voudrais remercier chaleureusement Bpifrance de nous accueillir dans son Hub. A l’instant, Paul-François Fournier a rappelé l’engagement de Bpifrance pour accompagner l’innovation, et mieux financer l’immatériel.

Merci à toutes et à tous pour votre présence aujourd’hui :

          Votre présence est une marque d’intérêt pour le thème de l’immatériel

          C’est aussi une marque d’attachement à notre action, ce qui nous touche beaucoup.

En introduction, je voudrais rapidement :

1.       Rappeler les enjeux de l’immatériel

2.       Vous redonner un aperçu de l’action de l’OI

3.       Vous inviter à profiter au maximum de cette après-midi.

 

Les enjeux de l’immatériel pour commencer.

L’essentiel de nos économies est immatériel, et pourtant nous regardons ailleurs.

Mesdames et Messieurs, les hommes et les femmes de notre belle planète ont réussi un double « exploit » :

          En à peine plus de 200 ans, nous avons surexploité 4,5 milliards d’années de constitution de ressources de toute nature.

          Dans le même temps, en 200 ans d’histoire tumultueuse et souvent dramatique, nous avons rigidifié et financiarisé nos économies, au point de négliger les ressources non-matérielles, le culturel, le collectif, … et d’ignorer ce qui donne du sens aux activités humaines.

En conséquence, notre responsabilité aujourd’hui est double :

          Elle est environnementale et sociétale,

          Elle est aussi de sortir de cette « conspiration du silence », qui a occulté notre prise de conscience de l’immatériel.

 

Notre époque est celle d’une nouvelle Renaissance : comme au temps de François 1er ou Léonard de Vinci tous les domaines d’activité et de pensée (économie, sciences, politique, sociologie, religion, …) sont concernés par une grande mutation. Cette nouvelle Renaissance porte en germe une grande promesse d’espoir et de renouveau.

 

L’immatériel peut constituer la grille de lecture, le fil directeur, la nouvelle langue vivante de cette Renaissance. Une langue vivante pour appréhender les grandes questions et les défis d’aujourd’hui et de demain :

          Pourquoi sommes-nous en croissance molle ?

o   parce que le contenu en savoir-faire de la croissance est de plus en plus fort, et que le PIB ignore la majeure partie de l’immatériel d’une Nation.

          Pourquoi les inégalités s’accroissent-elles ?

o   parce que grandit la déconnexion entre d’un côté la géographie du capital financier, et de l’autre côté la géographie du travail contributif à la valeur.

          Pourquoi une start-up réussit-elle ?

o   parce qu’elle place intuitivement l’immatériel au centre de son projet, et fait levier sur ses maigres forces pour imposer son offre

          Pourquoi le contrat de travail traditionnel est-il obsolète ?

o   parce qu’il considère encore l’individu comme aliénant sa force productive au profit d’un patron ou d’un actionnaire, et non comme un porteur d’actifs générateur d’innovation

          Pourquoi sommes-nous dans une impasse fiscale, en France et sur un plan international ?

o   parce que les assiettes fiscales sont définies sur des agrégats qui perdent leur légitimité, et ne reflètent plus la véritable contribution des individus et des organisations privées et publiques au bien commun

          Pourquoi le management hiérarchique des 19ème et 20ème siècle vole en éclats ?

o   parce qu’il est incapable de s’occuper d’immatériel

          Pourquoi ce risque de bulles financières à répétition, boursières ou immobilières ?

o   parce que le manque d’information chronique sur la réalité des actifs des acteurs économiques laisse le champ libre aux comportements spéculatifs de grande ampleur

          Pourquoi un jeune peut-il dire « j’aime ma boîte » ?

o   parce qu’il ressent émotionnellement et quotidiennement ses actifs sous-jacents, et parce que sa boîte assume l’ensemble de ses externalités

          Pourquoi les rapports sociaux sont-ils bouleversés ?

o   parce que don et contre-don sont redevenus plus importants que la captation des richesses par une minorité

La liste est longue et je pourrai la poursuivre à l’envie.

 

Un proverbe soufi dit : « Ô toi qui cherches le chemin qui conduit au secret, reviens sur tes pas car c’est en toi que se trouve le secret tout entier »

Ne nous trompons pas : il ne s’agit pas de rompre avec le passé, il s’agit de penser la transition. L’immatériel est justement ce fil tendu entre le passé, le présent, le futur. En neurosciences, on dirait que c’est « notre mémoire du futur ».

Pour réussir ce passage vers une nouvelle ère, l’enjeu sera de savoir conduire la transformation des organisations humaines.


L’OI anticipe cette transition depuis 10 ans

L’Observatoire fête aujourd’hui son 10ème anniversaire. L’âge des premiers pas est passé, bientôt l’adolescence et la maturité.

Je voudrais insister auprès de vous sur le rôle de fédérateur que joue l’OI, en s’inscrivant dans un mouvement global. Notre but est en effet de relier et amplifier les initiatives. Citons :

          Les travaux de recherche sur l’immatériel, dans le monde académique ou des sociétés de prestation intellectuelle

          L’action publique en faveur de l’investissement immatériel avec notamment la DGE, l’APIE et Bpifrance

          La protection de la propriété industrielle et intellectuelle, avec l’INPI

          Le reporting intégré, avec The International Integrated Reporting Council

          Les réflexions sur la norme comptable, avec l’Autorité des Normes Comptables

          Les réflexions stratégiques de nombreuses entreprises

          L’innovation, le management et la transformation, avec de nombreux acteurs de l’écosystème de l’OI

          Le partage collaboratif de savoirs et points de vue avec le réseau international WICI, dont nous parlera Stefano Zambon tout à l’heure.

o   Stefano, nous appelle affectueusement « WICI France », ce qui est un grand honneur pour nous

En résumé, l’OI souhaite construire et inspirer un mouvement global. Nous sommes à la fois déterminés et inclusifs. Nous avons la volonté de dialoguer et collaborer avec toutes les sensibilités, y compris les acteurs qui seraient tentés parfois par un plaidoyer pro domo en faveur de leur propre méthode.

Nous croyons en des normes ouvertes, réinventées elles aussi :

          Dans tous les cas, chaque organisation aura à faire un travail de réinterprétation des indicateurs de mesure de l’immatériel ;

          Dans chaque écosystème, les parties prenantes devront établir un accord de méthode préalable avant d’identifier l’immatériel et agir sur le bien commun.

 

Dans ce contexte, la dernière réalisation de l’Observatoire est ce petit livret : « Les fondamentaux de l’immatériel »

          Les principes présentés dans ce document constituent les notions et règles de base qui régissent l’immatériel et doivent inspirer toutes celles et ceux qui ont la responsabilité de le préserver, de le faire grandir et de le transmettre

          C’est un document important à nos yeux : notre Constitution en quelque sorte

          Lisez-le et faites-nous part s’il vous plaît de vos réactions et compléments éventuels.


 « L’immatériel, une renaissance économique et politique »

Après plusieurs JNAI focalisées sur la pédagogie, les dires d’experts, et certains angles de vue souvent techniques, nous souhaitons démocratiser et vulgariser l’immatériel.

          Ne pas laisser l’immatériel dans les mains des experts, mais en faire un sujet pour le chef d’entreprise, pour le travailleur, pour le citoyen

          Montrer la variété des angles de vue de l’immatériel, qui convergent vers une réalité commune

          Montrer la diversité des organisations humaines porteuses d’immatériel : nation, région, entreprise, communauté, individu, …

          Montrer le potentiel de création de valeur de l’immatériel : développement économique et social, emploi, épanouissement des individus, esprit collectif, …

Dans cette JNAI, nous ouvrons ensemble les horizons et découvrons de nouvelles approches :

          Des exemples et illustrations de start-up, de PME et ETI, d’associations et écosystèmes innovants et performants

          Des débats sur la place de l’immatériel dans l’innovation, mais aussi dans l’employabilité, le développement et le bien-être des individus

Dans cette JNAI, nous affirmons l’immatériel comme une énergie renouvelable et partagée par tous.

Enfin nous affirmons la richesse immatérielle de la France et de l’Europe, ouverte et fière de ses valeurs.

 

Vous avez accès aujourd’hui à panel exceptionnel d’intervenants, que je remercie sincèrement de leurs témoignages.

 

Je vais dans une minute laisser la place à Alain Schmitt, adjoint au Directeur Général de la DGE, qui représente donc Monsieur Pascal Faure aujourd’hui.

          Alain Schmitt est également chef du service de la compétitivité, de l’innovation et du développement des entreprises.

          La DGE est un partenaire de longue date de l’OI, et nous collaborons régulièrement avec l’équipe de Jo-Michel Dahan, qui est dans la salle. Alain Schmitt va nous présenter dans un instant la vision et les actions de la DGE.

 

Le programme se décomposera ensuite en tables rondes, dont certaines seront organisées en parallèle.

Nous nous retrouverons à 18h15 ici pour une table ronde de clôture, avant le cocktail.

D’ici là, écoutez, participez, savourez : prenez autant de plaisir, que tout le Bureau de l’OI a eu de plaisir à organiser cet événement.

 

Je vous souhaite une excellente JNAI !

Merci,

Retour à liste
 

Powered by WordPress Popup

Aller à la barre d’outils